Page d'accueil>Actualités>RÉCOMPENSÉE AUX CÉSAR, ALICE DIOP INTERROGE LA MASCULINITÉ DES MECS DES QUARTIERS
ceremoniedescesar2017b-610x366

RÉCOMPENSÉE AUX CÉSAR, ALICE DIOP INTERROGE LA MASCULINITÉ DES MECS DES QUARTIERS

Revue du web

La jeune réalisatrice Alice Diop a reçu le César du meilleur court-métrage pour Vers la tendresse, un documentaire qui fait voler en éclat les représentations de la virilité dans les quartiers. Interview.

Sur la scène des César, le week-end dernier, Alice Diop a choisi de prononcer un discours éminemment politique en évoquant la mémoire d’Adama TraoréThéo,Zyed et Bouna, entre autres. “Spontanément je ne me voyais pas dire autre chose que ça, confie la jeune réalisatrice. Je voulais saisir ce haut-parleur qui m’était offert, surtout que je recevais le César pour Vers la tendresse, un film qui ne parle que de ces mecs.” Ces mecs, ce sont les jeunes hommes des cités, des banlieues, des quartiers. Autant de façons de les nommer qui convergent pourtant toutes vers une vision très stéréotypée de ce qu’ils sont.

Ce sont ces préjugés qu’Alice Diop a voulu casser en donnant la parole à quatre protagonistes masculins sur un sujet universel: l’amour. “Mon film n’est surtout pas un film sur l’amour en banlieue, insiste-t-elle. On aime là-bas comme on aime partout ailleurs. Le projet est né de ma rencontre avec ces quatre hommes, alors que je faisais des repérages pour un projet encore un peu flou. J’entrapercevais la complexité d’être un homme dans une cité et j’avais envie de suivre cette piste. La parole masculine n’est pas autant médiatisée que celles des femmes, et ils sont toujours associés à une image un peu menaçante. Je ne m’attendais pas à un tel décalage entre ce qu’ils ont pu me raconter dans l’intimité, et le discours qu’ils tenaient en présence de leurs amis. Ce sont ces postures de la virilité que j’ai voulu explorer.”

“En écoutant ces voix, on ne voit tout à coup plus une bande de mecs menaçante mais la solitude de ces garçons qu’ils traînent à plusieurs.”

Le résultat est un ovni visuel, puisque Alice Diop est partie de la bande-son originelle de ces quatre entretiens, sur laquelle elle a posé des images, et pas nécessairement les visages de ses interlocuteurs. Ils étaient pourtant tous d’accord pour apparaître à l’écran, mais en superposant les témoignages intimistes sur des images-types représentant la banlieue, Alice Diop voulait montrer le décalage entre notre perception de ces hommes et leur ressenti. “Je veux faire réfléchir au pouvoir de l’image, affirme-t-elle. Quand on a un accès à l’intime via une voix off, on réinterprète les images stéréotypées dont on nous abreuve. En écoutant ces voix, on ne voit tout à coup plus une bande de mecs menaçante mais la solitude de ces garçons qu’ils traînent à plusieurs.”

De fait, les quatre témoignages sont très différents: si les premiers racontent une certaine solitude et une difficulté à voir les femmes autrement que comme des conquêtes sexuelles, les suivants évoquent l’homosexualité souvent inavouable dans les quartiers, et enfin un rapport au couple complètement décomplexé, des sentiments assumés et des nuits passées à deux dans un hôtel cheap pour pouvoir se retrouver ailleurs que chez les parents. Quatre visions personnelles, mais qui offrent un aperçu de la vie amoureuse telle qu’elle est vécue dans les quartiers. Un objet cinématographique rare, qui a valu à son auteure un César et un coup de projecteur dont elle est très heureuse. Interview.

Alors, ça fait quoi d’avoir un César?

J’ai été surprise, honorée et fière, je me sens super bien depuis la cérémonie. Mais ça ne changera rien à la façon dont je compte continuer à faire mes films. On me découvre maintenant mais ça fait quinze ans que je travaille! Ce qui me réjouit le plus, c’est que Vers la tendresse ait résonné, et qu’on récompense ces voix si peu audibles.

Lire la suite sur CheekMagazine


Articles similaires

emi568461

"Belle en travaillant" et "Les audacieuses"

France 5 programme deux documentaires pour la journée des droits des femmes.

cate-blanchett-carol-02-600x350

"Carol" au cinéma

A New York, en 1952, quelques jours avant Noël. C'est l'effervescence au rayon jouets où travaille...

capture-decran-2016-06-06-a-114724

"Game of Thrones" dévoile un pénis: avec ce sexe, les scénaristes répondent aux féministes

LE PLUS. Surprise : dans l'épisode 5 de la saison 6 de "Game of Thrones", un acteur a dévoilé son...

prenez-votre-equipement-de-piscine-a-suscite-une-immense-polemique-aux-pays-bas5861583

"Grosse ou enceinte"? Un jeu télé "indigne d'une chaîne publique"

Une émission néerlandaise propose aussi, entre autres jeux, de deviner si la poitrine de certaines...

capture-decran-2016-10-27-a-125043

"Hillary Clinton, la femme à abattre" F3

Documentaire politique France 3