Page d'accueil>Actualités>I Love Dick, mécanique ondulatoire
screenwebok

I Love Dick, mécanique ondulatoire

Revue du web

Dans cette image tirée du premier épisode de I Love Dick, la co-créatrice et réalisatrice Jill Soloway met en scène la circulation du désir entre une femme, son partenaire et un objet de désir. Chris écrit une lettre sur son ordinateur à son fantasme, joliment prénommé Dick. Son mari Sylvère, à la lecture de ladite lettre, obtient une érection qu’il exhibe.

 

Pulsion créatrice

Adapté de l’œuvre de Chris Kraus, I Love Dick, qui a remporté le prix spécial du jury à Séries Mania, raconte un couple de New Yorkais débarquant à Marfa au Texas. Sylvère y a obtenu une résidence pour penser l’holocauste et l’esthétisme du trauma sous l’égide de Dick, prof et mentor. Dans cette ville utopiste, coupée du monde par le désert, Chris se charge subitement d’une grande énergie sexuelle lorsqu’elle rencontre ce cowboy moderne. Elle va transformer son désir pour un homme qui n’est pas son mari en énergie artistique et se met donc à lui écrire des lettres où elle révèle la cuisante ardeur qui la consomme.
 
Cette scène de lecture sur canapé reformate les sentiers de la narration habituelle puisqu’ici le désir féminin ne provoque pas la Chute. Se plonger dans le fruit défendu ne sera pas un acte destructeur, au contraire il permet la création. Une création qui n’est pas liée au fantasme de procréation. Le fantasme de Dick permet de faire jaillir une œuvre sous les doigts de Chris qui à son tour suscite l’excitation d’un autre homme.

riangulation du désir

Rares sont les représentations de personnages masculins qui bandent avec une femme grâce à la présence d’une tierce personne, et de plus un homme. La présence de l’autre ne devient pas une jalousie dévastatrice, la masculinité de Sylvère n’est pas remise en question par le désir de Chris pour un autre homme. Au contraire, l’idée de Dick, sous les doigts de Chris, met en place une triangulation du désir qui rapproche le couple.
 
René Girard a théorisé le désir mimétique comme trope dans la littérature romantique en démontrant que le désir entre le sujet et l’objet passe toujours par un « médiateur du désir ». Dans Mensonge Romantique et vérité romanesque, Girard explique : « Emma Bovary ne prendrait pas Rodolphe pour un prince charmant si elle n’imitait pas les héroïnes romantiques. » On retrouve dans l’héroïne de I Love Dick les traces bovariennes d’une femme isolée dans son mariage. Cependant, dans la série de Jill Soloway et Sarah Gubbins, Chris fabrique ce « médiateur du désir ». Elle n’imite pas, elle invente. L’héroïne au XXIème siècle dans les séries est enfin un personnage actif dont le désir sexuel n’a pas besoin d’être puni.

Lire la suite sur series-mania

Tags :

Articles similaires

cate-blanchett-carol-02-600x350

"Carol" au cinéma

A New York, en 1952, quelques jours avant Noël. C'est l'effervescence au rayon jouets où travaille...

capture-decran-2016-06-06-a-114724

"Game of Thrones" dévoile un pénis: avec ce sexe, les scénaristes répondent aux féministes

LE PLUS. Surprise : dans l'épisode 5 de la saison 6 de "Game of Thrones", un acteur a dévoilé son...

prenez-votre-equipement-de-piscine-a-suscite-une-immense-polemique-aux-pays-bas5861583

"Grosse ou enceinte"? Un jeu télé "indigne d'une chaîne publique"

Une émission néerlandaise propose aussi, entre autres jeux, de deviner si la poitrine de certaines...

capture-decran-2015-01-19-a-111905

"Hollywood n'écrit pas pour les femmes" : en 1963, Bette Davis dénonçait la domination masculine

Une jolie vidéo animée reprend une interview de la géniale actrice de Eve et Qu'est-il arrivé à...

367274

"La vie devant elles" saison 2 commence demain dès 20h55 ! F3

"La vie devant elles", emmenée par le trio Stéphane Caillard, Alma Jodorowsky, et Lilly-Fleur Pointeaux,...