Page d'accueil>Actualités>Aurore : le film qui rend les invisibles, visibles !
aurore

Aurore : le film qui rend les invisibles, visibles !

Revue du web

Il n’y a pas de cinéma de femmes en France. Il n’y a pas non plus de vrai rôle de femme de plus de 50 ans. Blandine Lenoir contre-attaque en mettant en scène Aurore, jouée par Agnès Jaoui. Ménopausée, à la recherche d’un emploi, divorcée, bientôt grand-mère, Aurore a l’impression d’être inexistante. Par un hasard de la vie, elle tombe sur son premier amour, Totoche !

La queue s’allonge sur le trottoir de la rue du Temple. L’avant-première d’Aurore, de Blandine Lenoir, a lieu ce mardi 17 avril près de l’Hôtel de Ville. Là, attendent patiemment un public peu hétéroclite, majoritairement constitué de femmes de 50 ans, de quelques jeunes femmes, et plus rarement d’hommes.

Ayant écrit et réalisée principalement des courts-métrages, Blandine Lenoir, membre du groupe d’action féministe La Barbe , signe, après Zouzou, son second long-métrage.

Inspirée par un livre de Florence Aubenas, Le Quai de Ouistreham (1),  par la maison de retraite solidaire les Babayagas de Montreuil créée par Thérèse Clerc, nourrie de discussions avec ses amies, elle imagine son héroïne. Aurore est ménopausée. Elle vit dans la précarité. Elle est à la recherche d’un emploi. Elle sera bientôt grand-mère. Elle sera bientôt amoureuse.

Cette avant-première est constituée d’un public de féministes engagées, qui connaissent bien le problème du « tunnel » que rencontre les femmes, dans leur carrière, après 50 ans. Comme l’a rappelée une intervenante à la fin de la projection, ce phénomène d’invisibilité touche toutes les classes de la société et toutes les catégories socio-professionnelles. Marina Tomé, qui a lancé la Commission Tunnel de la comédienne de 50 ans au sein de l’AAFA, est d’ailleurs présente ce soir-là. Lorsqu’elle prend la parole, c’est pour présenter un chiffre ahurissant. Les femmes de 50 ans sont absentes du paysage cinématographique, elles sont présentes dans seulement 8% des films. Pourquoi ? Parce que tous les maillons de la chaîne cinématographique sont détenus par des hommes : les producteurs, les distributeurs, les directeurs de festivals etc.

L’art est une industrie lucrative faisant perdurer une image déplorable des femmes : elles y sont désirables ou servantes, mamans ou prostituées, toujours en retrait sur les affiches. A 20 ans les actrices sont amantes et séductrices, à 30 ans elles sont mères et responsables, puis à 40 et 50 ans elles deviennent invisibles. Elles réapparaissent à 60 ans en grand-mères. Pas de cheffe d’entreprise, de pilote d’avion de chasse, de mafieuse, de trafiquante de drogue, de députée. Une fois de plus, le rôle des femmes, dans le cinéma est cantonné à la fonction sociale : celle de procréer. « Dis-moi si tu ovules, je te dirais si tu travailles » (2).

 

Lire la suite sur 50-50magazine


Articles similaires

cate-blanchett-carol-02-600x350

"Carol" au cinéma

A New York, en 1952, quelques jours avant Noël. C'est l'effervescence au rayon jouets où travaille...

capture-decran-2016-06-06-a-114724

"Game of Thrones" dévoile un pénis: avec ce sexe, les scénaristes répondent aux féministes

LE PLUS. Surprise : dans l'épisode 5 de la saison 6 de "Game of Thrones", un acteur a dévoilé son...

prenez-votre-equipement-de-piscine-a-suscite-une-immense-polemique-aux-pays-bas5861583

"Grosse ou enceinte"? Un jeu télé "indigne d'une chaîne publique"

Une émission néerlandaise propose aussi, entre autres jeux, de deviner si la poitrine de certaines...

capture-decran-2015-01-19-a-111905

"Hollywood n'écrit pas pour les femmes" : en 1963, Bette Davis dénonçait la domination masculine

Une jolie vidéo animée reprend une interview de la géniale actrice de Eve et Qu'est-il arrivé à...

367274

"La vie devant elles" saison 2 commence demain dès 20h55 ! F3

"La vie devant elles", emmenée par le trio Stéphane Caillard, Alma Jodorowsky, et Lilly-Fleur Pointeaux,...