Page d'accueil>Actualités>Films de superhéros : où sont les femmes ?
27a3a138079f7f572b0417491157cdf5109f8ca-8079f7f572b0417491157cdf5109f8ca-0

Films de superhéros : où sont les femmes ?

Revue du web

Disney-Marvel et Warner-DC accumulent 36 films sortis ou en projet. Seuls deux d’entre eux se consacrent à une femme, dont « Wonder Woman », sorti mercredi.

Avec la sortie de Wonder Woman, mercredi 7 juin, Hollywood met fin à douze années d’absence. Celle des films de superhéros issus d’un comic-book et dont le rôle-titre revient à une femme. Le dernier cas remontait à Elektra, en 2005. Depuis le début de l’offensive Disney-Marvel, entamée en 2008 avec Iron Man, aucun des dix-neuf films produits par le studio ou son concurrent Warner-DC n’avait ainsi mis une femme à l’honneur. Après Wonder Woman produit par Warner-DC, le premier du genre pour la franchise de Disney sera Captain Marvel, prévu pour 2019.

 

Pour Nicolas Labarre, maître de conférences en civilisations américaines à l’Université Bordeaux-Montaigne, la faute incombe en partie à la tradition hollywoodienne. « Les femmes occupent historiquement une place marginale dans le cinéma hollywoodien. Le fond du problème est cette idée reçue que les femmes ne peuvent pas être à la tête de films d’action. C’est une prophétie autoréalisatrice », explique l’universitaire. Les films comme Catwoman, Elektra et le Supergirl de 1984 ont prouvé, selon lui, que ces productions sont considérées comme « les parents pauvres de leurs homologues centrés sur des hommes ». Il met en avant leurs budgets dérisoires, leur mauvaise réalisation et écriture, qui ont irrémédiablement mené à leur échec au box-office.

Si le système hollywoodien a sa part de responsabilité, l’héritage des comics américains est également dénoncé. Attachés à leur lectorat de jeunes garçons, les créateurs de comics ont féminisé leurs bandes dessinées sur le tard. Gianni Haver, professeur de sociologie de l’image à l’université de Lausanne, en Suisse, soulève que « le modèle de l’héroïcité féminine dans l’univers des comics, Wonder Woman mis à part, a longtemps constitué tout, sauf un point de départ. L’héroïne était simplement la féminisation de son pendant masculin. » Il cite en exemple le Captain Marvel, un homme à l’origine, qui s’est progressivement vu entouré d’une famille : une femme Marvel, un adolescent Marvel… Batman n’est pas différent avec sa « batfamily » hétéroclite : Robin, Batgirl, Batwoman, Batwing, etc.

« La première véritable arrivée d’héroïnes qui ne sont pas la féminisation d’un homme remonte aux années 1960, avec notamment les X-Men et les Quatre Fantastiques de Marvel », explique Gianni Haver, qui nuance immédiatement cette féminisation : « Ces femmes faisaient partie d’un ensemble, elles ne portaient pas seules l’histoire. La figure phare reste le superhéros classique, celui qui s’inscrit dans la lignée de Superman. »

« Jolie, jeune, plutôt blanche »

Brigitte Rollet est chercheuse au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines et travaille, entre autres, sur les questions de genre et de sexualité sur grands et petits écrans. Pour elle, la façon dont les femmes sont représentées dans ces univers pose aussi problème. Wonder Woman est, selon elle, typique des tentatives de féminisation d’univers très masculins : « jolie, jeune, plutôt blanche ». Qui plus est, l’amazone de DC est bien plus sexualisée que ses pendants masculins. Même son de cloche pour Gianni Haver.

« Dans la société américaine puritaine des années 1940, Wonder Woman avait un côté pin-up avec son costume, explique-t-il, en ajoutant une observation sur cette icône du XXe siècle : dans la première version du personnage, l’une de ses raisons pour agir de façon héroïque est l’amour, celui qu’elle voue au capitaine Trevor. Sa motivation initiale est donc celle d’une femme guidée par les sentiments. Il a fallu longtemps pour trouver un héros féminin qui ne soit pas guidé par des sentiments amoureux ou maternels. » Il note que pour les héros masculins, c’est le contraire. Soit leur vie amoureuse est sublimée mais perpétuellement vouée à l’échec, comme Superman et Spiderman. Soit ils font le choix de complètement s’en détacher, comme Batman. Dans les deux cas, l’homme voit en l’amour un obstacle à son héroïsme, alors que la femme se construit autour.

Lire la suite sur Lemonde


Articles similaires

cate-blanchett-carol-02-600x350

"Carol" au cinéma

A New York, en 1952, quelques jours avant Noël. C'est l'effervescence au rayon jouets où travaille...

capture-decran-2016-06-06-a-114724

"Game of Thrones" dévoile un pénis: avec ce sexe, les scénaristes répondent aux féministes

LE PLUS. Surprise : dans l'épisode 5 de la saison 6 de "Game of Thrones", un acteur a dévoilé son...

prenez-votre-equipement-de-piscine-a-suscite-une-immense-polemique-aux-pays-bas5861583

"Grosse ou enceinte"? Un jeu télé "indigne d'une chaîne publique"

Une émission néerlandaise propose aussi, entre autres jeux, de deviner si la poitrine de certaines...

capture-decran-2015-01-19-a-111905

"Hollywood n'écrit pas pour les femmes" : en 1963, Bette Davis dénonçait la domination masculine

Une jolie vidéo animée reprend une interview de la géniale actrice de Eve et Qu'est-il arrivé à...

367274

"La vie devant elles" saison 2 commence demain dès 20h55 ! F3

"La vie devant elles", emmenée par le trio Stéphane Caillard, Alma Jodorowsky, et Lilly-Fleur Pointeaux,...